Chez GTIPOWERS, on aime le sport mécanique, en particulier le sport automobile.

Alors avec Peugeot Sport au Dakar, c’est le comble. Nous suivons avec intérêt et passion nos favoris et leurs 2008 DKR musclées, qui malgré le choix d’une chaine traction en deux roues motrices, décrochent de belles positions sur le classement général.

La huitième place de Sainz à la première épreuve, puis une remontée en quatrième place à l’issue de la troisième épreuve promettait de grandes choses. L’équipe du 2008 DKR numéroté 304 ainsi que ses deux homologues avait traversé sans encombres l’étape la plus longue de 518 kilomètres comportant une variété de paysages traversés. Ce triplé nous mettait en confiance : une plateforme fiable, des pilotes expérimentés et des résultats encourageants. Mais le Dakar c’est aussi l’imprévu, l’aléas et le défi mécanique et humain, en permanence. Nous ne sommes qu’au début, tout reste à venir !

Découvrez, en quelques minutes de sensations, les prouesses de ces crossovers à la conception osée ! Retrouvez toute l’épopée 2008 DKR sur le Tumblr Officiel Peugeot.

L’étape de jeudi 9 s’est révélée plus délicate, avec un sable très fin projetant un voile de poussière a rendu la lecture du terrain plus difficile. Sans repères visuels, impossible de projeter en avance les trajectoires. Un terrain totalement nouveau pour les équipages et la voiture. Stéphane Peterhansel raconte :

« Le parcours d’aujourd’hui était aussi très bosselé et je pense que notre réglage d’amortisseur était peut-être un peu trop souple : nous étions souvent en butée. Lors de nos essais préparatoires, nous n’avions jamais roulé sur des pistes de cette nature. J’ai donc essayé de réduire ma vitesse afin d’éviter de prendre des risques. Nous n’avons pas commis d’erreur et notre objectif reste de rallier l’arrivée.»

Si Peterhansel a pu rejoindre l’arrivée sans tracas, Sainz a dû renoncer à seulement 20 km de l’arrivée. En roulant dans cette poussière fine projetée par un quad le précédant, il n’a pas pu éviter une pierre. Aveuglé, il a effectué cinq tonneaux. L’équipage est sorti indemne mais sans le moindre espoir de poursuivre sa course. La quatrième place de l’équipage 304 vole en éclats : Peterhansel remonte dans le top 10 du classement général (cinquième dans cette cinquième spéciale), tandis que Després devra veiller à garder ses roues pour la suite !

Bruno Famin, directeur de Peugeot Sport, est confiant et se veut rassurant :
« Cela fait partie des choses qui arrivent en compétition. Cyril a commis une petite erreur […] alors que Stéphane a épinglé une remarquable cinquième place dans la spéciale, ce qui montre une nouvelle fois que la voiture est compétitive. Nous n’avons pas connu de problèmes techniques significatifs et nous continuons pour apprendre et accumuler de l’expérience. C’est exactement ce que nous attendions de ce Dakar, et nous allons essayer de poursuivre ainsi aussi longtemps que possible »

Aujourd’hui vendredi, c’est 647 kilomètres qui attendent nos pilotes favoris dont 277 kilomètres de spéciale. Direction Iquique, le repos et l’agitation de la ville ne seront pas de refus ! Bonne chance !

Pour le moment, Sainz #304 est quatrième au général (+00:01:44), Peterhansel #302 est dixième (00:02:13), Després #322 est trente-troisième (00:10:17), avec un retard plus important à cause de la roue perdue.
Crédits : Peugeot, Peugeot Sport, RedBull