Dans notre précédent reportage, nous avions laissé le Dakar aux portes d’Iquique. Du sable, de l’eau et de la terre ont coulé depuis, les dernières lignes approchent. Et, comme toujours au Dakar, tout peut encore se jouer.

Le Dakar est, avant-tout, un état d’esprit qui définit la difficulté de la compétition. Ils ont déjà dit au-revoir au gagnant de 2010, Carlos Sainz, ils ne sont plus que deux équipages voiturisés à porter les couleurs du Team Peugeot Total. Nous parlions du retour des étapes Marathon, signature typique du Dakar où les équipages passent une nuit sans assistance, en ne pouvant compter que sur eux-mêmes. Une étape délicate qui s’est bien passée. Cyril Despres, quadruple vainqueur en moto, remonte au classement général en prenant confiance dans la voiture. Bruno Famin, grand chef de Peugeot Sport, ne cache pas son enthousiasme en demi-teinte, tant il reste à faire :

Plus que jamais, l’important est d’avoir les deux voitures à l’arrivée de toutes les spéciales les plus éprouvantes. Compte-tenu de ces conditions difficiles pour les pilotes, nos réglages n’étaient pas optimums mais nous n’avons toutefois aucun problème technique à déplorer, ce qui illustre le niveau de fiabilité que nous avons déjà réussi à atteindre. Il nous reste trois étapes à affronter maintenant et nous ne pouvons pas nous permettre de relâcher nos efforts une seconde avant de franchir l’arrivée qui demeure notre objectif principal.

Quant à Stéphane Peterhansel, le remplacement d’un porte-moyeu lui fait perdre du temps : il finit la SS9 reliant Iquique à Calama à la 54ème place, à 3 heures 20 du leader. Cyril Despres ,lui, termine cette SS9 neuvième :

J’espère que ce chrono n’est pas qu’un coup ponctuel mais plutôt le début de quelque chose de plus consistant sur la fin du parcours. […] Nous nous sommes arrêtés lorsque nous avons vu Stéphane pour voir si nous pouvions l’aider. Nous avions un bon rythme et je suis content : il aurait été très facile de faire une erreur aujourd’hui. […] Je pense maintenant que je peux attaquer un peu plus chaque jour.

Dans trois jours, c’est Buenos Aires. Durant la SS10 reliant Calama à Salta, Peterhansel remonte dans le top 10 de cette spéciale malgré un terrain hostile aux deux roues motrices. Le Vesulien a encore des réserves et compte bien nous montrer que sa 2008 DKR n’est pas à bout de souffle. Despres est plus sage car très peu habitué à des sections rapides de ce type en voiture. Néanmoins, il réalise le 22ème meilleur temps de la spéciale.

Découvrez, en quelques minutes de sensations, les prouesses de ces crossovers à la conception osée ! Retrouvez toute l’épopée 2008 DKR sur le Tumblr Officiel Peugeot.

Les équipages Peugeot continuent de nous surprendre malgré des voitures aux deux roues motrices. Jusque ici, la fiabilité des 2008 DKR se sont révélées satisfaisantes avec très peu d’immobilisations sur le terrain : ouf ! Les choses roulent, le plus dur est encore devant : on ne soufflera qu’à l’arrivée, à Buenos Aires. La possibilité d’une victoire au podium semble incertaine, mais tout n’est pas perdu. En confortant leurs positions et en continuant de grignoter quelques minutes face aux concurrents bien armés avec des voitures d’une autre technologie, tout peut changer. Le team Peugeot Total et ses pilotes, copilotes, ont beaucoup à apprendre de ce premier retour dans la compétition. N’oublions pas de saluer les performances réalisées avec des voitures à deux roues motrices uniquement, mais aussi la motivation et la détermination de toutes les équipes dépêchées sur place ! Jusqu’ici, c’est déjà une belle réussite d’être revenus en compétition et de signer de beaux chronomètres.

Pour les plus nostalgiques, nous nous sommes amusés un peu en faisant un petit montage photo présentant deux générations de Dakar Machines :

Nous voulions du sport avec du Lion, nous sommes servis. La dernière ligne droite approche, mais en attendant, c’est un parcours truffé d’obstacles qu’il reste à traverser.

Pour le moment, Peterhansel et Cottret #302 sont quatorzième au général (+05:14:05), Després et Picard #322 sont trente-sixième (+15:16:13).

Crédits : Peugeot, Peugeot Sport, Red Bull Content Pool